La tête au football : Une menace silencieuse pour la santé cognitive

Image d'une adolescente tenant un ballon de football dans un bras et se tenant la tête avec l'autre main, comme si elle avait mal à la tête à force de jouer au football.
$

Écrit par : Dr. Starr, MD, FAACAP

Dr. Starr est médecin, psychiatre et neuroscientifique computationnel, actif dans le domaine de l'interface cerveau-ordinateur et du neurofeedback depuis 1990.

La tête du ballon en football

Le football est souvent célébré pour son rythme rapide, ses buts palpitants et l'habileté de ses joueurs. athlètes. Cependant, des recherches récentes ont mis en lumière un aspect préoccupant du beau jeu : les troubles cognitifs associés à la prise de la tête. Cet article examine les résultats de diverses études, les avis d'experts, les stratégies de prévention et les études de cas pour comprendre l'impact de la tête sur la santé du cerveau..

Principales conclusions sur l'en-tête et les troubles cognitifs

De nombreuses études ont démontré une corrélation évidente entre le fait de frapper le ballon de la tête au football et les troubles cognitifs. Les effets sont particulièrement importants chez les jeunes joueurs, ce qui indique que le cerveau en développement peut être particulièrement vulnérable.

  1. Mémoire et attention: La recherche indique une diminution de la mémoire verbale et visuelle et une réduction de la capacité d'attention chez les joueurs qui jouent souvent de la tête.
  2. Vulnérabilité des jeunes: L'impact est particulièrement prononcé chez les jeunes joueurs, ce qui suggère que leur cerveau en développement est plus susceptible d'être endommagé.
  3. Effet cumulatif: Le risque de dommages cumulatifs au fil du temps est important, la fréquence des prises de tête étant associée à un déclin cognitif plus important.

Des études telles que celles menées par l'université de Stirling et publiées dans des revues telles que JAMA fournissent une base de données pour ces conclusions.

Avis d'experts sur le jeu de tête en football

Des experts en médecine sportive et en neurologie soulignent également les risques liés à l'utilisation de la tête :

  • Dr. Lisa Feldman Barrettprofesseur de psychologie à la Northeastern University, déclare : "Les impacts répétés sur la tête lors de la réception d'un ballon de football peuvent entraîner des lésions cérébrales similaires à celles que l'on observe chez les boxeurs professionnels et les joueurs de football. Nous devons être plus prudents, en particulier avec les jeunes joueurs".
  • Dr. Michael Liptonprofesseur de radiologie et de psychiatrie à l'Albert Einstein College of Medicine, commente : "Nos recherches montrent que le fait de diriger le ballon est lié à des déficits cognitifs, en particulier au niveau de la mémoire et de l'attention. Il est important de prendre en compte les risques et les avantages, en particulier chez les jeunes footballeurs dont le cerveau est encore en développement".
  • Dr. John O'Kanedirecteur de recherche à l'Institut des neurosciences et de la psychologie de l'université de Glasgow, souligne : "Les effets cumulatifs des coups de tête répétés sont préoccupants, surtout si l'on tient compte des preuves de plus en plus nombreuses des conséquences à long terme des traumatismes crâniens dans le sport. Nous devons continuer à étudier l'impact des coups de tête dans le football et développer des stratégies pour protéger les joueurs".

Stratégies de prévention

Afin de minimiser les risques liés à l'utilisation de la tête dans le football, plusieurs stratégies et recommandations ont été proposées par les experts :

  1. Technique d'intitulé appropriée: Encourager l'enseignement et la pratique de techniques de tête appropriées afin de réduire l'impact sur la tête.
  2. Casque de protection: Promouvoir l'utilisation de casques de protection lors des entraînements et des matches, en particulier pour les jeunes joueurs.
  3. Lignes directrices en fonction de l'âge: Mettre en œuvre des lignes directrices qui limitent le nombre de têtes lors des entraînements et des matchs pour les jeunes joueurs.
  4. Pauses fréquentes: Privilégier des pauses fréquentes pendant les séances d'entraînement afin de réduire l'effet cumulatif de la tête.
  5. L'éducation: Sensibiliser les entraîneurs, les parents et les joueurs aux signes et symptômes des commotions cérébrales et à l'importance de signaler les traumatismes crâniens.
  6. Recherche et développement: Soutenir la recherche en cours pour développer des ballons de football plus sûrs qui minimisent l'impact sur les joueurs.

Des études de cas fournissent des exemples tangibles des effets de la rubrique sur la santé cognitive :

  1. Étude de l'Université de Stirling (2017): L'étude de 123 joueurs de football amateurs, âgés de 18 à 55 ans, a révélé que ceux qui donnaient le plus souvent des coups de tête présentaient de moins bonnes performances cognitives, en particulier au niveau de la mémoire et de l'attention, par rapport à ceux qui donnaient peu de coups de tête.
  1. Joueuse professionnelle: Une joueuse de football professionnelle de 23 ans a signalé des trous de mémoire et des difficultés de concentration après un entraînement régulier. L'IRM a révélé des changements structurels dans son cerveau correspondant à une lésion cérébrale traumatique légère.
  2. Étude JAMA (2018): L'analyse de tissus cérébraux de joueurs de football décédés, dont l'un avait pratiqué le jeu de tête pendant plus de 20 ans, a révélé des signes d'encéphalopathie traumatique chronique (ETC), ce qui incite à poursuivre les recherches sur les effets neurologiques à long terme de la pratique du jeu de tête.

Comment Myneurva peut-elle aider ?

Myneurva's ANNA peut aider à prédire de tels problèmes neurologiques sur la base de vos résultats QEEG, en quelques secondes !

Conclusion

Les preuves établissant un lien entre la frappe du ballon de football et les troubles cognitifs sont irréfutables. Qu'il s'agisse de trous de mémoire ou de déficits d'attention, les risques sont particulièrement importants pour les jeunes joueurs et ceux qui jouent souvent de la tête.

Compte tenu du risque de lésions neurologiques à long terme, il est impératif d'adopter des stratégies de prévention, d'éduquer les parties prenantes et de poursuivre la recherche de pratiques et de technologies plus sûres. Comme le souligne à juste titre le Dr Lisa Feldman Barrett, "Nous devons être plus prudents, en particulier avec les jeunes joueurs.

En comprenant et en traitant ces risques, nous pouvons contribuer à garantir que le beau jeu reste sûr pour tous ceux qui le pratiquent.

Pour en savoir plus sur ce sujet, voici quelques ressources externes :

Restez informés, restez prudents et faisons du football un jeu que tout le monde peut apprécier sans compromettre sa santé.

Myneurva est un leader mondial du Neurofeedback et de l'analyse QEEG

Myneurva est un leader mondial dans le domaine de l'analyse computationnelle du QEEG. Le Dr Starr est titulaire du Brevet américain pour un système et une méthode d'analyse des signaux d'électroencéphalogramme.

Extrait du Neurofeedback Blog...

Ondes cérébrales bêta et Neurofeedback - Améliorer la clarté mentale

Le pouvoir des ondes cérébrales bêta et du neurofeedback Imaginez que vous ayez le pouvoir d'améliorer votre clarté mentale, d'affiner vos compétences en matière de résolution de problèmes et de mieux gérer le stress, le tout sans médicaments. Entrez dans le monde des ondes cérébrales Beta et du neurofeedback, une méthode non invasive...

Neurofeedback pour les migraines - Soulager les migraines

Introduction au Neurofeedback pour les migraines Les migraines peuvent être débilitantes et affecter des millions de personnes dans le monde. Les traitements traditionnels impliquent souvent des médicaments qui peuvent avoir des effets secondaires et des degrés d'efficacité variables. Cependant, il existe une étoile montante...

Que sont les neuroendophénotypes EEG ?

Qu'est-ce qu'un phénotype ? Regardons l'étymologie, ou l'origine des mots, pour comprendre "Qu'est-ce qu'un phénotype". L'étymologie de phéno vient du grec qui signifie montrer. En biologie, un phénotype est un caractère exprimé par un organisme grâce à l'ADN qu'il a hérité de...

Ondes cérébrales gamma et Neurofeedback - Concentration et mémoire

Les ondes cérébrales gamma et le Neurofeedback - Introduction Les ondes cérébrales gamma sont souvent considérées comme les ondes cérébrales les plus rapides, oscillant à une fréquence de 30 à 100 Hz. Leur importance dans les fonctions cognitives est bien documentée, la recherche montrant qu'elles sont cruciales pour...

La séance de Neurofeedback : A quoi s'attendre

La séance de Neurofeedback : Le Neurofeedback est de plus en plus reconnu comme une méthode efficace pour optimiser les performances mentales et soulager les symptômes liés à diverses conditions telles que la dépression, le TBI, le TDAH et l'anxiété. Pour les athlètes, il représente...

QEEG vs EEG - Quelle est la différence ?

QEEG vs EEG - Quelle est la différence ? Pour comprendre la différence entre un EEG et un QEEG, nous vous invitons à vous renseigner sur l'EEG et le QEEG ci-dessous. Qu'est-ce qu'un EEG ou une scintigraphie EEG ? Un EEG est un acronyme ou une abréviation pour Electroencéphalogramme. Le mot...

Neurofeedback près de chez moi

Neurofeedback près de chez moi : Guide complet de la thérapie Neurofeedback Vous cherchez des solutions efficaces, non invasives et sans médicaments pour vos problèmes de santé mentale ? Ne cherchez pas plus loin. Chez Myneurva, nous sommes spécialisés dans la fourniture de services de neurofeedback de pointe...

Le Neurofeedback est-il approuvé par la FDA ?

Le Neurofeedback est-il approuvé par la FDA ? Les clients posent souvent cette question : le neurofeedback est-il approuvé par la FDA ? Le neurofeedback est une technique connue sous le nom de conditionnement opérant par EEG. L'approbation de la Food and Drug Administration (FDA) pour cette catégorie d'appareils est classée en classes I,...